You are currently viewing Un thème, trois campagnes: l’égalité des genres sous les projecteurs

La représentation des femmes dans l’espace public, les violences sexuelles ou encore l’éducation sexuelle. Ces thèmes sont abordés à travers trois campagnes et initiatives romandes particulièrement marquantes. On vous embarque dans une séance de décryptage… c’est parti! 

Comprendre les enjeux de société actuels: voici une de nos missions en tant  qu’étudiant·es en communication d’intérêt général. Mais pas seulement! Nous devons également apprendre à communiquer avec clarté et pertinence sur ces questions. Raison pour laquelle, nous vous proposons de mettre en lumière trois campagnes qui nous semblent efficaces. Décryptage.


La campagne 100elles : les femmes et et leurs représentations dans l’espace public

Commençons par une initiative du bout du lac Léman. À Genève, le collectif féministe l’Escouade est parti d’un constat: les noms de rue de la Ville de Genève sont en majorité masculins. Pour répondre au problème du manque de représentation des femmes dans l’espace public, le collectif a proposé de mettre en avant le nom de 100 femmes remplissant les critères définis pour être associé à une rue. D’où le nom de la campagne 100Elles.

Ce projet a démarré en 2019 en partenariat avec la Ville de Genève et notamment avec le Service Agenda 21 – Ville durable de la Ville de Genève qui finance le projet. Mais celui-ci s’inscrit dans une campagne plus large appelée: « Objectif zéro sexisme dans ma ville ». Les plaquettes des noms des femmes sont de couleur violette, couleur symbolique de la lutte féministe, contrairement au bleu traditionnellement utilisé.

Cette campagne nous paraît ainsi tout à fait pertinente. En effet, il s’agit d’un bon exemple de partenariat vertueux entre une institution publique et une association militante ayant un effet direct sur l’espace public… et sur la politique! Grâce à ce projet, une motion a été acceptée par le Grand Conseil genevois pour changer les noms de ces 100 rues jusqu’en 2022. Notons qu’il est possible de voir les femmes présentes dans cette liste de 100 sur le site de 100Elles


Amnesty international: consentement, seul un oui est un oui 

L’organisation Amnesty International, très active en Suisse, se bat contre le non respect des droits humains. L’action de l’organisation passe notamment par des campagnes sur des sujets ciblés. Ici, nous nous intéressons à leur combat contre les violences sexuelles et la notion directement liée de consentement en Suisse.

Amnesty aime faire bouger les choses, c’est pourquoi la nouvelle Campagne Seul un oui est un oui, en plus d’être un campagne d’information, est assortie d’une pétition. Ainsi, Amnesty s’est associée à l’agence de communication audiovisuelle Messieurs.ch qui a invité des personnalités, des hommes et hommes trans, particulièrement engagés pour que le consentement soit reconnu dans la loi (ce qui n’est pas le cas actuellement).

En guise de résultat final: une vidéo de la discussion autour de ce sujet entre les différents protagonistes. Ainsi, utiliser l’influence de personnalités publiques est un ressort pertinent et efficace pour mettre en valeur le message que nous souhaitons communiquer.


L’éducation sexuelle sur Instagram: l’histoire du compte @jouissance.club

L’éducation sexuelle décomplexée, drôle et positive: c’est le sujet du compte Instagram @jouissanceclub. L’autrice et illustratrice Jüne Plã en est l’instigatrice. Elle donne différents conseils sur les pratiques sexuelles grâce à des illustrations sobres, élégantes et informatives ainsi que des textes remplis d’humour.

Chose étonnante: l’expérience digitale a pris forme sur papier. Après un succès fulgurant, Jüne a pu éditer le livre Jouissance Club: Une cartographie du plaisir, qui reprend les mêmes dessins et le même ton que le compte Instagram. Un parcours inversé, mais particulièrement intéressant. De plus, comme la censure est très présente sur Instagram (exemple du festival “La fête du slip” à Lausanne), il est salutaire de pouvoir faire exister le livre. Jamais nous ne saurons à quel point les règles de la plateforme pourront évoluer à l’avenir. Un succès si grand que l’autrice a même créé un compte double en anglais… C’est dire.